Historique

Vous êtes ici

Nouvel ensemble d'enseignement catholique, situé aux portes d'Angers, Saint Aubin La Salle, est l'aboutissement de la fusion de l'Institution Jeanne d'Arc et du lycée La Baronnerie. Depuis la rentrée 2013, cet ensemble scolaire a pris vie au coeur du parc de La Baronnerie. Saint Aubin La Salle offre une grande palette de formations allant de la maternelle à l'enseignement supérieur en passant par le lycée général, technologique et professionnel ainsi que le CFA et CFP.

Ce nouvel ensemble scolaire Saint Aubin La Salle est donc le fruit de deux établissements historiquement ancrés sur le territoire angevin.

L'Institution Jeanne d'Arc :

L'Institution Jeanne d'Arc a vu le jour en 1813, sous l'impulsion de Mademoiselle Adelaïde DIMEY. Celle-ci épouse Jean-Gabriel ADVILLE en 1817 ce qui conduit le pensionnat pour filles à prendre le nom de Pensionnat Adville. A cette époque, les maisons d'éducation pour jeunes filles étaient rares, le pensionnat va alors très vite s'imposer et se forger une forte réputation à l'échelle angevine. En 1902, sous la direction de Mademoiselle POINEAU, le pensionnat prend le nom d'Institution Jeanne d'Arc. Quelques années plus tard, le pensionnat fêta ses 100 ans d'existence, l'occasion, pour lui de s'ouvrir à l'enseignement secondaire, en offrant aux jeunes filles l'occasion de se préparer au baccalauréat. C'est ainsi que les premières étudiantes à rejoindre l'Université Catholique de l'Ouest furent issues de Jeanne d'Arc.
Concernant le statut de l’Institution des évolutions se font sentir à partir des années 1960. En effet, en 1961, l’Institution Jeanne d’Arc passe sous contrat d’association avec l’Etat et prend le nom d’Institution Secondaire Privée Jeanne d’Arc. Puis en 1978, suite à un accord avec les familles et le corps enseignant, l’Institution devient mixte.

Le lycée Saint Julien La Baronnerie     

Le lycée général, technologique et professionnel Saint Julien La Baronnerie trouve son origine dans le pensionnat Saint Julien, créé en 1798. Celui-ci fut dans un premier temps installé dans le centre ville d'Angers. Il fut tenu par les Frères de Nancy avant de passer sous le contrôle du Diocèse Angevin. A cette époque le pensionnat Saint Julien se spécialise dans les voies techniques et professionnelles en préparant ses élèves aux baccalauréats Mathématiques et Sciences. Mais en 1956, Monseigneur CHAPPOULIE, alors Evêque d'Angers, décida de la fusion entre le pensionnat Saint Julien et l'externat Saint Maurille. Celui-ci offrait des formations classiques principalement centrées sur l'apprentissage du latin et du grec mais également une section comptabilité. Il fut alors décidé de séparer les filières d'enseignement général et les filières d'enseignement technique, professionnelle et industrielle. Ces dernières furent alors confiées aux Frères Saint Jean-Baptiste de La Salle, auxquelles Monseigneur CHALLOUPIE, offrit le parc de La Baronnerie, acquis par le pensionnat Saint Julien quelques années auparavant. C'est donc en 1958, que l'Ecole Technique Saint Julien La Baronnerie ouvrit ses portes pour la première fois. A travers la création de cette Ecole Technique, il s'agissait de créer une école catholique capable de répondre aux nouveaux besoins du bassin d'emplois angevin, marqué dans les années 50 et 60, par l'implantation de grosses entreprises, comme Bull ou Thomson. Le lycée Saint Julien va peu à peu se développer, offrant alors de nouveaux services, avec notamment l'ouverture du centre de formation continue au début des années 70. Dans les années 80 les premières sections de BTS voient le jour à La Baronnerie tandis que les années 90 sont marquées par la création du CFA et l'ouverture des CPGE.